Eglises de Sorrente

Les églises de Sorrente, en effet, en plus de préserver leur valeur religieuse naturelle et répandue, conservent un immense patrimoine en termes d’œuvres d’art.

Parmi les nombreuses beautés de Sorrente à visiter, les églises jouent certainement un rôle important.

En ce sens, donc, l’idée de suivre un itinéraire ecclésiastique à Sorrente peut être considérée comme l’une des nombreuses idées à prendre en considération pour en savoir plus sur la capitale de la péninsule de Sorrente.

Cathédrale des Saints Filippo et Giacomo

Cathédrale des Saints Filippo et Giacomo à Sorrento

Les premières nouvelles de l’ancienne cathédrale de Sorrente remontent au premier siècle après Jésus-Christ.

Vers le XVe siècle, l’archevêque Falangola a favorisé la reconstruction de l’église dédiée aux saints Filippo e Giacomo (Philippe et Jacques), en la transformant en cathédrale.

Après l’invasion turque du 1558, l’église fut reconstruite et embellie en 1573 en créant le trône archevêché de marbre polychrome dans le presbytère.

Dans les années suivantes, le plafond peint sur toile à motifs floraux a été réalisé sur trois toiles entre 1706 et 1718 par Francesco Francareccio.

Dans l’abside, le chœur est une œuvre précieuse de marqueterie de Sorrente datant du XIXe siècle.

Parmi les œuvres conservées, on trouve dans les trois nefs séparées par quatorze piliers, la Palette de Silvestro Buono représentant « La Vierge entre Saint-Jean-Baptiste et Saint-Jean l’Évangéliste », située sous la chaire de marbre de 1573.

Dans la première chapelle à droite, où se trouvent les fonts baptismaux, sur le mur se trouve un relief de goût classique avec la représentation du Sacrifice du Sang du Christ, datant de 1522.

Sur les côtés, il y a douze tuiles du XIVe siècle avec les apôtres des frères Bertini.

Dans la septième chapelle droite se trouve un élégant orgue du XVIIIe siècle de Nicola Mancino avec de riches sculptures en or.

À la fin de la nef, dans la chapelle de Sacramento, il y a un crucifix en bois du XVe siècle sur un autel en marbre polychrome avec des motifs naturalistes de la fin du XVIIe siècle avec de magnifiques putti latéraux de Domenico Antonio Vaccaro.

En 1924, la façade principale a été refaite et à observer est le pronaos qui réutilise deux colonnes romaines et le portail latéral daté de 1478, qui porte les armoiries de Sixte V, l’archevêque De Angelis et roi d’Aragon dans l’architrave.

Eglise de L’Addolorata

Les nobles sorrentins de Porta et Dominova, faisant partie de la Congrégation des Sept Douleurs, achetèrent un jardin dans la Via San Cesareo vers 1730, et ordonnèrent la construction d’une église à consacrer à la vierge des douleurs dont ils étaient de fervents adeptes.

L’église fu achevée en 1739.

Le 8 octobre 1844, la foudre frappa le toit de l’édifice sacré et provoqua l’effondrement de son clocher.

En 1860 avec la disparition du Royaume des Deux-Siciles, il y a eu la dissolution du couvent et l’église fut fermée en 1867.

Déconsacrée en 1868, l’église fut rouverte au culte après plus de soixante-dix ans par l’archevêque Paolo Jacuzio.

En raison du tremblement de terre de 1980, l’église, qui avait subi des dommages structurels considérables, resta fermée jusqu’en 2007.

Aujourd’hui, c’est l’un des plus beaux bâtiments destinés au culte à Sorrente.

Le bâtiment est de style baroque.

Sur la façade en piperno s’ouvre un portail surmonté d’un tympan brisé avec une fresque représentant Notre-Dame des Douleurs au centre.

L’intérieur de l’église en forme de croix grecque est de style baroque avec des stucs de la fin du XVIIIe siècle.

On peut voir, en regardant vers le haut, qu’à la place du dôme il y a une coupole elliptique; les quatre voutes sont en forme cylindrique.

Le sol est en brique rouge, avec des motifs floraux en majolique napolitaine du XVIIIe siècle.

À l’intérieur des deux chapelles latérales, il y a deux autels entièrement en piperno, dominés par les œuvres du peintre Sorrentin, Carlo Amalfi, datées de 1769, représentant la Sainte Famille et la gloire de la Sainte Trinité.

Sur le maître-autel en marbre polychrome, a été placée la statue en bois de la Vierge des douleurs.

Au cours de récentes restaurations effectuées sur les piliers de l’arcade centrale de la façade, quelques colonnes romaines ont été découvertes.

Eglise de Sant’Anna

Eglise de Sant'Anna

Les pêcheurs du village en ont financé la construction.

Elle fut initialement dédiée aux âmes du Purgatoire, puis à sainte Anne, célébrée aujourd’hui le 26 juillet.

L’église est formée d’une seule nef rectangulaire avec une voûte en berceau.

Sur le maître-autel, dans une niche, se trouve la statue de la Sainte; la balustrade qui précède l’autel est en marbre polychrome.

Il y a deux sculptures remarquables: celle représentant Saint Jean-Baptiste et celle représentant le Christ crucifié.

Eglise de la SS. Annunziata

L’église se dresse sur un ancien temple dédié à la déesse Cybèle, comme en témoigne l’autel homonyme du I siècle. Après J.C., trouvé près l’église et conservé au Musée Correale.

Construite en 1133, une période où Sorrente était sous la domination du duc Sergio II, L’église a subi, au cours des siècles, des modifications continues, jusqu’aux dernières interventions plus radicales qui ont eu lieu au XVIIIe siècle.

En 1768, le cardinal de Naples, Antonino Sersale, fit construire la façade adjacente en tuffeau avec des pilastres d’ordre toscan, reposants sur un haut socle.

Au plafond de la nef se trouve une toile de l’artiste Filippo Andreoli (début du XVIIIe siècle), la Vierge à l’Enfant donnant une ceinture à saint Augustin et sainte Monique.

Le presbytère est délimité à droite par un avant-siège en noyer, surmonté d’un crucifix d’art populaire en bois du XVIIIe siècle.

Sur le maître-autel en marbre polychrome, se trouve la statue du XVIIIe siècle de la Vierge de la Consolation.

Sur le côté droit de la nef, un tableau de l’école napolitaine (XVIIIe siècle) représente Jésus avec Sainte Agnès et Saint Thomas de Villanova offrant l’aumône aux pauvres et une toile en forme de Paolo De Maio, signée et datée 1741, représentant l’Annonciation.

Sur le dernier autel à droite, une peinture de l’école napolitaine (début XVIIIe siècle): Vierge des Grâces, Saint Charles Borromée et un saint de l’ordre des chartreux.

Dans la sacristie y est exposée une table de grand intérêt artistique représentant l’annonciation, daté de 1593.

Église de Saint Antonino

Église de Saint Antonino Sorrento

Là où se situe la basilique aujourd’hui, il y avait au IXe siècle, un oratoire sur le tombeau de Saint Antonino, saint patron de la ville et du diocèse de Sorrente. En 1380, l’église était dirigée par un recteur souvent nommé par le roi.

L’intérieur a trois nefs divisées par douze colonnes de différents marbres provenant d’édifices de Sorrente, époque gréco-romaine.

Au centre du plafond sur toile peinte de lacunaires, se trouve une toile de Giovan Battista Lama de 1734, dans laquelle est représenté Saint Antonin qui libère du démon, la fille de Sicario, duc de Bénévent.

Sur les parois latérales du transept se trouvent deux grandes toiles représentant Sorrente libérée de la peste par l’intercession de Saint Gaetano et le siège de Sorrente en 1648.

Le monumental maître-autel en marbre provient de l’ancien monastère détruit de la Sainte Trinité.

Un escalier exigu mène à la crypte avec une voûte soutenue par des colonnes nues.

Les six ovales sur toile avec les Saints patrons de Sorrente sont de Carlo Amalfi, 1778.

Sur l’autel se trouvent les restes de Saint Antonin; les nombreuses offrandes votives en argent témoignent de la grande foi populaire envers ce Saint Patron.

Dans la crypte est également conservé un antique crucifix en bois, transporté en procession à l’occasion de graves calamités, tandis que sur l’autel de gauche il y a une fresque du XVe siècle représentant la Vierge des Grâces, provenant des remparts de la ville.

Dans la sacristie se trouve la statue en argent de Saint Antonino, 1564.

Cloître de San Francesco

Cloître de San Francesco à Sorrente

Sur plan rectangulaire; il y a une stratification de styles (XIVe et XVIe siècle) car le cloître a été restauré plusieurs fois et à différentes époques.

Au rez-de-chaussée, des colonnes et des arcades en tuf qui forment des meneaux avec lunette.

Les chapiteaux des colonnes sont la « signature » de ceux qui, sur plusieurs époques, ont garantie la restauration en finançant les travaux.

En fait, sur les chapiteaux du côté nord, les armoiries de la famille Sersale sont imprimées tandis que sur celles du côté est et sud, les chapiteaux ont des motifs végétaux qui se réfèrent à l’influence de l’art byzantin.

Le réfectoire, à l’intérieur du cloître, a conservé la structure du XIVe siècle.

Église de San Francesco

Église de San Francesco à Sorrento

Avant la construction de l’église actuelle, vers 600, l’abbé Saint Antonin fonda un oratoire surplombant la mer, dédié à l’évêque Saint Martin de Tours.

Au 14ème siècle, les frères franciscains favorisèrent la construction de l’église, plus tard modifiée en style baroque.

L’ancien cloître bénédictin fut reconstruit par les frères mineurs Conventuels avec des arcades ogivales entrelacées sur des piliers octogonaux.

L’église franciscaine, fut enrichie en 1550 d’un précieux chœur en bois disparu lors de la modification entre 1690 et 1727 et conserve la structure de cette époque.

La façade est en marbre blanc, construite en 1926 à l’occasion du septième centenaire de la mort de Saint François.

Sur l’autel principal, dans un cadre monumental en marbre, se trouve la toile avec Saint François recevant les stigmates de 1735.

Sur le premier autel droit, donnée en 1663 par la famille Vulcano, une sculpture en bois représente Saint François.

Église de la Madonna del Carmine

Église de la Madonna del Carmine à Sorrento

Sur la Piazza Tasso se trouve l’église dédiée à la Bienheureuse vierge du Carmel avec son clocher attenant.

Elle remonte à la seconde moitié du XVIe siècle (1572), période durant laquelle l’archevêque Lelio Brancaccio a confié sa construction aux Pères du Carmel Majeur à Naples.

L’Église n’a conservé de la première construction que les deux portiques en piperno à fornix carré avec décor ovoïde et encoches.

Endommagé plusieurs fois, elle fut reconstruite au XVIIe siècle selon un plan du XVIIe siècle.

A l’intérieur, il y a une seule nef et des autels latéraux. L’abside est décorée de peintures représentant certains épisodes de la vie de la Vierge (Sainte Anne avec la vierge enfant, l’Assomption de Marie, l’Annonciation).

Sur l’autel principal, il y a une copie de la Vierge Brune (l’original se trouve dans l’église du carmel à Naples).

Il existe de nombreuses peintures de l’école napolitaine: sur le mur de droite, la Vierge à l’enfant, la Vierge portant le voile à Sainte Marie Madeleine, Saint André et Sainte Thérèse d’Avila, et une autre peinture dans la chapelle des Saints Martyrs.

Église de Santa Maria delle Grazie

Le monastère dominicain de Sainte Marie des Grâces fut fondé en 1566 par la noble sorrentine Berardina Donnorso et destiné « aux filles du peuple de Sorrente et de son plan ».

Contemporainement fut construite l’église, toujours en activité aujourd’hui, accessible depuis le beau Portail du XVIe siècle, en pierre du Vésuve, contenant une série d’importants témoignages picturaux de l’art méridional entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIIe siècle.

Dès l’entrée, il est possible d’admirer sur l’autel le polyptyque de la Vierge des Grâces de Silvestro Buono, daté de 1582. Sur les grilles, aux côtés de l’autel, il y a deux peintures de Nicola Malinconico, La Sainte Famille de la Vierge à gauche, et le songe de Saint Joseph à droite.

Les décorations picturales suivent un véritable chemin iconographique-hagiographique sur les traces des instructions de la contre-réforme.

A noter le tableau représentant Saint Dominique de Guzman couronné par des anges, Saint Thomas d’Aquin discutant avec le Crucifix.

Les murs et le fond de l’abside sont décorés d’incrustations en marbre polychrome. Le maître-autel (1754) est en marbre polychrome et repose sur un sol en majolique avec les armoiries dominicaines au centre.

Sur la nef, deux stands en bois polychrome du XVIIe siècle abritent chacun un orgue.

La dalle sépulcrale en marbre, située dans une niche de l’aile droite, abrite les restes de Bernardina Donnorso.

Précieuse est la statue en bois du Christ aux outrages ou par deux fois en 1720 1858, sa jambe droite transpira du sang.

A admirer le plafond orné de motifs floraux avec la Transfiguration au centre, de Nicola Malinconico.

Eglise des Saints Felice et Baccolo

Eglise des Saints Felice et Baccolo à Sorrente

Communément connue comme l’église du Saint Rosaire, probablement construite sous l’empire de Constantin le Grand (310) sur les restes d’un ancien temple païen appelé Panthéon, elle fut la cathédrale de Sorrente du 12ème au 15ème siècle.

Eglise et monastère de San Paolo

Eglise et monastère de San Paolo à Sorrento

L’église est annexée à l’ancien monastère des religieuses bénédictines de Saint Paul, datant du IXe siècle.

Composée d’une nef, avec une voûte en berceau et lunettes, riche en décorations : stucs, peintures du XVIIIe siècle, un sol en majolique sur fond de terre cuite, et enfin, un petit beffroi belvédère et la coupole en majolique.

Eglise des Servi di Maria

De style baroque, elle fut achevée au XVIIIe siècle. Siège de la Congrégation des Serviteurs de Marie, elle conserve à l’intérieur une statue en bois du Christ mort, portée en procession par les confrères cagoulée de noir le Vendredi Saint.

L’auteur est inconnu.

Deux autres petites sculptures en bois, représentant la Vierge et Saint Joseph, sont deux rares exemples de santons du XVe siècle.

Laissez-vous inspirer!

Insérez votre prénom et votre adresse email pour vous inscrire à notre newsletter et recevoir nos meilleurs conseils de voyage sur la région de Naples.

Vous recevrez des conseils indispensables pour planifier un voyage en Campanie, par exemple: comment préparer un itinéraire de voyage, comment réserver des vols, des hôtels ou la location de voiture, vélo et scooter. Ou encore des curiosité sur la vie locale, des adresses et des bons plans pour faciliter votre séjour.

C'est bien! Vous vous êtes inscrit à la newsletter sur la Campanie.

Share This