Corricolo

CORRICOLO de Alexandre Dumas (Chiaja et Toledo)

Chiaja n'est qu'une rue: elle ne peut donc offrir de curieux que ce qu'offre toute rue, c'est-à-dire une longue file de bâtimens modernes d'un goût plus ou moins mauvais. Au reste, Chiaja, comme la rue de Rivoli, a sur ce point un avantage sur les autres rues: c'est de ne présenter qu'une seule ligne de portes, de fenêtres et de pierres plus ou moins maladroitement posées les unes sur les autres.

Lire la suite »

Corricolo de Alexandre DUMAS – Les chevaux spectres

Cependant il ne s'agissait pas de perdre mon temps à me reposer. J'étais à Naples, c'est vrai ; mais j'y étais sous un nom de contrebande ; et comme d'un jour à l'autre le gouvernement napolitain pouvait découvrir mon incognito et me prier d'aller voir à Rome si son ministre y était toujours, il fallait voir Naples le plus tôt possible.

Lire la suite »

Corricolo de Alexandre dumas père (dernier article)

Virgile

le peuple napolitain n'a pas de secret; il pense tout haut, il prie tout haut et se confesse tout haut. Celui qui sait le patois du Mole, et qui se promenera une heure par jour dans les eglises, n'aura qu'a ecouter ce qui se dit a l'autel ou au confessionnal, et a la fin de la semaine il sera initie dans les secrets les plus intimes de la vie napolitaine

Lire la suite »